Dominique Stutzmann (Centre national de recherche scientifique – Institut de recherche et d’histoire des textes)

Les livres de chartes et leur écriture. Registres et cartulaires dans l’espace français (1300-1500)

La présente proposition envisage une approche à large échelle pour identifier les influences entre écritures documentaires et écritures livresques en se concentrant sur le corpus spécifique des codices transmettant des copies de documents (registres et cartulaires).

À l’aide de l’analyse d’image par ordinateur, il est possible tant de reconnaître des scribes actifs dans plusieurs documents et volumes distincts que de voir des évolutions générales. À petite échelle, elle permet de distinguer des mains, à grande échelle elle autorise des rapprochements entre des styles d’écriture. La présente proposition de communication propose une enquête réalisée grâce à l’analyse d’image par ordinateur pour les « livres de chartes » pour voir comment le modèle d’une écriture cursive s’impose dans la copie d’un genre hybride, de fonction diplomatique par son contenu et de forme livresque. Elle prend en compte des distinctions déjà théorisées au Moyen Âge, mais vise à voir comment se brouillent les frontières entre le modus scribendi des actes de la pratiques et ceux du codex, lieu des modi scribendi du textus et de la glosa.

Une première partie confrontera l’analyse par ordinateur et la classification des mains établie pour les volumes Paris, Archives nationales, JJ37 – JJ50 par J. Guérout et la reconstitution chronologie pour le règne de Philippe VI par R.-H. Bautier. Cela permettra de valider l’analyse automatique d’image.

Une deuxième partie étendra l’étude à l’ensemble des registres et cartulaires de l’espace français, soit 2000 volumes numérisés sur Gallica ou ceux dont nous avons fait numériser les reproductions par l’Institut de recherche et d’histoire des textes dans le cadre du projet européen HOME History Of Medieval Europe). L’analyse d’image par ordinateur permet d’identifier assez rapidement, au sein des milliers d’images, celles dont les caractéristiques morphologiques placent l’écriture dans la veine cursive ou diplomatique. En étudiant leur géographie et leur chronologie, nous montrerons les voies de diffusion d’une pratique d’hybridation (fonction diplomatique et forme livresque), notamment dans la première moitié du xive siècle.

Enfin, revenant aux registres du Trésor des chartes, une troisième partie examinera les phénomènes d’influence et réception des types d’écritures au sein des registres du Trésor des chartes. Nous porterons en particulier le regard sur les registres tenus en parallèle par les chancelleries de la Cour et de Paris, en étudiant l’adoption précoce d’une littera hybrida, d’origine livresque au sein de registres de fonction diplomatique à la chancellerie de Paris, que l’analyse par ordinateur permet aussi de mettre en évidence de façon automatique. Nous en caractériserons les morphologies et chercherons les acteurs.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search